dissonance


dissonance

dissonance [ disɔnɑ̃s ] n. f.
• 1320, repris 1450; bas lat. dissonantia
1Mus. Intervalle qui appelle une résolution, par un accord harmonique; les notes responsables d'un tel effet. Les intervalles de seconde, de septième et tous les intervalles augmentés ou diminués sont des dissonances. Résoudre une dissonance, la faire suivre de l'accord consonant qu'elle appelle. — Cour. Réunion désagréable de sons. cacophonie.
2Fig. inharmonie. Dissonances de tons dans un tableau : couleurs qui jurent entre elles. ⇒ discordance. Dissonance entre les principes et la conduite. désaccord. Dissonances dans un caractère. contradiction, opposition.
⊗ CONTR. Consonance; euphonie. Accord, harmonie.

dissonance nom féminin (bas latin dissonantia) Rencontre peu harmonieuse de sons, de syllabes ou de mots ; cacophonie. Littéraire. Manque d'harmonie, désaccord entre des idées, des caractères, des sentiments. Littéraire. Combinaison de couleurs qui ne s'harmonisent pas. Absence de correspondance dans l'audition de deux ou plusieurs sons successifs ou simultanés. (Elle est utilisée par les compositeurs à des fins expressives.) ● dissonance (expressions) nom féminin (bas latin dissonantia) Théorie de la dissonance cognitive, théorie élaborée par L. Festinger selon laquelle la coexistence, chez un même individu, d'éléments de connaissance qui, d'une manière ou d'une autre, ne s'accordent pas entraîne de sa part un effort pour les concilier. (C'est une théorie de la rationalisation des conduites affectives.) ● dissonance (synonymes) nom féminin (bas latin dissonantia) Rencontre peu harmonieuse de sons, de syllabes ou de mots ;...
Synonymes :
- disparité
Contraires :
- mélodie
Littéraire. Manque d'harmonie, désaccord entre des idées, des caractères, des sentiments.
Synonymes :
- désaccord
Contraires :
Absence de correspondance dans l'audition de deux ou plusieurs sons...
Contraires :

dissonance
n. f.
d1./d Rencontre de sons qui ne s'accordent pas; effet désagréable dû à ce phénomène. Dissonance de mots, de syllabes.
|| MUS Accord, intervalle qui donne une impression d'incohérence harmonique et qui appelle une consonance.
d2./d Fig. Discordance.

⇒DISSON(N)ANCE, (DISSONANCE, DISSONNANCE)subst. fém.
Rupture d'une harmonie.
A.— MUS. Rupture de l'harmonie d'un accord ou d'une ligne mélodique par l'introduction d'une ou plusieurs notes qui leur sont étrangères. Les dissonances sont la seconde, la quarte, la septième et la neuvième (CHERUBINI, Cours contrepoint et fugue, 1835, p. 2) :
1. L'oreille accepte des intervalles augmentés, diminués, qui l'endolorissaient d'abord. La septième majeure, non plus que la seconde mineure, n'est proscrite. Et, que l'oreille prenne goût à ces dissonances de même que, dans un autre domaine, l'œil à des disharmonies picturales plus subtiles, il va sans dire.
GIDE, Journal, 1928, p. 874.
SYNT. Dissonance diatonique. Introduction de deux notes étrangères à un accord et appartenant à la même gamme diatonique (d'apr. E. DURAND, Traité harm., 209). Préparer une dissonance. Introduire la note dissonante d'un accord dans l'accord consonant qui le précède. C'est la préparation de la dissonance qui consiste à la faire entendre préalablement (LAVIGNAC, Cours harm. théor. et prat., p. 62). Résoudre, sauver une dissonance. Rétablir l'harmonie en faisant suivre l'accord dissonant d'un accord consonant. Milhaud assaisonna de dissonances non résolues tragédies antiques ou grands drames (DUMESNIL, Hist. théâtre lyr., 1953, p. 213).
P. ext., usuel. Ensemble de sons désagréables à l'oreille (cf. disson(n)ant II).
B.— P. anal.
1. PEINT. Assemblage disparate de couleurs. Un vert livide, un jaune brun, un rouge sombre, forment comme une dissonance pour les yeux (STAËL, Corinne, t. 2, 1807, p. 302).
2. LITTÉRATURE
a) Répétition de sons désagréables à l'oreille. Synon. cacophonie; anton. consonance. L'univers poétique (...) s'introduit (...) par la densité des images, des figures, des consonances, dissonances (VALÉRY, Variété III, 1936, p. 63).
b) Désaccord entre le style et les idées. Ce déluge de crudités, d'aigreurs et de dissonances dans le style [Le Lys dans la vallée] (AMIEL, Journal, 1866, p. 319).
C.— Au fig.
1. Désaccord existant entre deux ou plusieurs personnes, dû aux divergences de caractère, de point de vue, etc. Il n'y avait entre eux ni heurt ni dissonance (DANIEL-ROPS, Mort, 1934, p. 75) :
2. Nous nous sentons avec les sentiments d'autrui, tantôt en harmonie, et tantôt en dissonance. Mais comme le ton de nos propres sentiments varie sans cesse, l'harmonie de nos rapports ne peut être qu'instantanée, et le plus souvent l'ouvrage du hasard.
BONSTETTEN, Homme Midi, 1824, p. 200.
2. Contradictions affectant les sentiments, le caractère d'un individu. Je n'étais sensible qu'aux dissonances, au désordre qui m'emplissait (CAMUS, Chute, 1956, p. 1513).
Spéc., PSYCHOL.
Dissonance cognitive. État de tension dans lequel se trouve un individu confronté à une situation contraire à ses convictions ou à ses habitudes d'agir ou de penser. Réduction des dissonances. Mécanisme par lequel l'individu modifie son jugement pour s'adapter à une situation de conflit. La dissonance cognitive a été formulée la première fois en tant que théorie par Léon Testinger (1957) (THINÈS-LEMP. 1975).
Rem. Attesté en outre ds MUCCH. Psychol. 1969, Sociol. 1970, Commun. 1971, ANCELIN 1971, PIÉRON 1973.
CARACTÉROL. (d'apr. Mounier). Discordance intérieure (dissonance intime) ou conflit avec le milieu (dissonance de comportement) (cf. Traité caract., 1946, p. 371, 372 et disson(n)ant III).
Prononc. et Orth. :[]. Mais [ss] double ds LAND. 1834, FÉL. 1851, LITTRÉ, DG et, facultativement, ds BARBEAU-RODHE 1930 et WARN. 1968. Le mot est admis avec 1 n ds Ac. 1694-1932. Cf. aussi le reste des dict. gén. (Lar. 19e-Lar. Lang. fr., LITTRÉ qui écrit pourtant consonnance fidèlement à Ac. dont il constate l'incohérence, GUÉRIN 1892, ROB., QUILLET 1965). Le mot n'est écrit avec 2 n que ds LAND. 1834 et BESCH. 1845. Au sujet de 1 ou 2 n dans la famille de son, cf. conson(n)nance. Étymol. et Hist. 1380 [ms. XVe s.] dissonance est une noise de deux sons (EVR. DE CONTY, Probl. d'Aristote, BN 210, f° 229d ds GDF. Compl.); ca 1450 au fig. dissonnance (A. GREBAN, Mystère de la Passion, éd. O. Jodogne, 2368). Empr. au b. lat. dissonantia « dissonance, désaccord » dér. du lat. impérial dissonare, v. dissoner. Fréq. abs. littér. : 142. Bbg. GOHIN 1903, p. 369. — MERLATTAU (P.). La Musique et les mots. Vie Lang. 1973, p. 511.

dissonance [disɔnɑ̃s] n. f.
ÉTYM. 1320, repris 1450; bas lat. dissonantia, de dissonans, antis, p. prés. de dissonare. → Dissoner.
1 Cour. Réunion de sons dont la simultanéité ou la succession est désagréable.
1 Et, dans toutes ces voix, une exaltation de larmes et de prières qui fond leurs dissonances et qui les unit (…)
Loti, Jérusalem, VII, p. 72.
(En parlant des sons du langage). || Ensemble de dissonances. Cacophonie. || L'allitération peut constituer une dissonance.
2 (…) les idées seules forment le fond du style, l'harmonie des paroles n'en est que l'accessoire, et ne dépend que de la sensibilité des organes; il suffit d'avoir un peu d'oreille pour éviter les dissonances (…)
Buffon, Discours sur le style, Œ., t. XII, p. 329.
Mus. Intervalle ou accord qui appelle une consonance (dans ce sens, le mot n'est aucunement péjoratif). || La seconde, la septième, le demi-ton chromatique et tous les intervalles augmentés ou diminués sont des dissonances. || Préparer une dissonance : introduire la note dissonante d'un accord dans l'accord qui précède celui-ci. || Sauver (vieilli), résoudre une dissonance, la faire suivre de l'accord consonant qu'elle appelle.
3 Ces hardiesses (en poésie) lorsqu'elles sont bien sauvées, comme les dissonances en musique, font un effet très brillant.
Chateaubriand, le Génie du christianisme, II, I, 3.
2 Fig. Opposition plus ou moins brutale, entre les éléments (d'une œuvre, etc.). || Dissonances dans le style, dans le récit. Rupture (de ton). || Dissonances voulues, maîtrisées; involontaires. || Dissonances de tons dans un tableau, couleurs qui jurent entre elles (→ Consonance, cit. 7). Discordance.
3.1 (…) le Théâtre de la Cruauté compte en revenir à tous les vieux moyens éprouvés et magiques de gagner la sensibilité. Ces moyens, qui consistent en des intensités de couleurs, de lumières ou de sons, qui utilisent la vibration, la trépidation, la répétition (…) ne peuvent obtenir leur plein effet que par l'utilisation des dissonances.
A. Artaud, le Théâtre et son double, p. 189.
Dissonances entre un modèle et une copie, entre les principes et la conduite. Désaccord. || Dissonances dans un caractère. Contradiction, disparate (cit. 5), opposition.
4 Seulement, ces qualités et ces défauts, transportés dans le monde, ont amené les dissonances les plus originales.
Renan, Souvenirs d'enfance…, VI, III, p. 248.
(Vie psychique, mentale). || Dissonances affectives, intellectuelles, créant des conflits. || Réduction des dissonances (cognitives).
CONTR. Euphonie. — Consonance. — Accord, harmonie.

Encyclopédie Universelle. 2012.